Un peu d'Histoire

| Histoire de Crocq | Plan de Crocq au Moyen Âge | Histoire de la Creuse en Limousin |

Histoire de la Creuse en Limousin

L'histoire de la Creuse est longue, tumultueuse et complexe.
Une histoire émaillée de noms illustres : guerriers, poètes ou médecins de renom ...
Quelques dates permettent de mieux comprendre l'identité de la Creuse et son ancrage au sein du Limousin.
En fait, la Creuse n'existe que depuis 1790, date de la création des trois départements du Limousin, par l'Assemblée Constituante. La création de la Creuse donna d'ailleurs lieu à un débat passionné (qui perdure ?) entre Aubusson, Guéret et Felletin afin de déterminer quelle ville en serait le chef-lieu.
Finalement, Guéret l'emporta.

Avant l'histoire :
Mais revenons au début. C'est à dire à la préhistoire. La Creuse et le Limousin ont conservé de nombreuses traces et vestiges de cette époque, qui attestent de la présence des hommes dans cette région.
Dès le paléolithique : silex taillés, pointes de flèche (Musée de Guéret), dolmens, menhirs, fortifications (Toulx-Sainte-Croix, Crozant, Naillat, Saint-Sulpice-le-Guérétois, Le Puy de Gaudy et le dolmen d'Urbe à Crocq) et même un village lacustre (Chénérailles).

Nos ancêtres les Lémovices :
L'histoire ne démarre réellement qu'avec les Lémovices, peuple rural "d'irréductibles Gaulois" qui combattent l'invasion romaine.
Quelques 10 000 Lémovices participèrent à la bataille d'Alésia et sont cités par César dans "La Guerre des Gaules".
Devenue province Romaine, l'Aquitaine, à laquelle appartient le Limousin, connaît un nouvel essor sous l'occupation romaine.
Plusieurs sites en Creuse témoignent de cette période : Ahun, Bridiers, les Thermes d'Evaux, l'aqueduc de Glénic, mais aussi de nombreuses voies romaines.
Les invasions nordiques s'intensifient, l'empire romain s'écroule au Vème siècle.

Mérovingiens, Carolingiens et Capétiens :
L'Aquitaine, et donc le Limousin, passent sous la domination des Wisigoths.
Clovis, roi des Francs, va reconquérir le territoire, mais à sa mort l'anarchie règne à nouveau.
Durant de nombreuses années, Mérovingiens, Carolingiens et Capétiens vont s'affronter.
L'identité Creusoise voit le jour avec la création d'un comté unifié réunissant la Haute Marche (Crozant, Guéret, Bourganeuf) et la Basse Marche (Le Dorat) au Xème siècle.
Le comté de la Marche ne correspond que pour partie au département actuel : Boussac dépend du Berry, Gouzon du Bourbonnais, la Combraille est rattachée à l'Auvergne, Crocq dite de "Franc-alleu" est indépendante, La Souterraine et Bridiers appartiennent au Poitou, Bénévent et Saint-Vaury font partie du Limousin.

La Guerre de Cent Ans :
Le comté de la Marche est l'objet de nombreuses convoitises et marchandages entre les rois de France et d'Angleterre : Henri II,Richard Cœur de lion et Jean sans Terre.
La Marche passera sous suzeraineté anglaise pour finalement revenir à la couronne de France sous Philippe le Bel.
Deux grands noms de cette période mouvementée : Jean de Brosse (Boussac, 1375-1433) Maréchal de France et compagnon de Jeanne d'Arc, Pierre d'Aubusson (Monteil-au-Vicomte, 1423-1503) Grand Maître des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

La monarchie absolue :
Les guerres de Religion n'épargnent pas le comté de la Marche, cadre d'affrontements sanglants (prise de Guéret par les huguenots de Saint-Germain Beaupré).
La révolte paysanne gronde et prend forme à Crocq. Cette révolte des "Crocquants" s'étend rapidement à tout le Limousin. La paix s'installe sous le règne d'Henri IV.
Guéret s'affirme comme capitale.
Le pouvoir féodal a perdu de sa force, le Limousin et la Marche sont parties intégrantes du royaume de France.
Quelques repères :
- Tristan l'Hermite (Janaillat 1601-1655) remporte un grand succès avec "Marianne".
- Aubusson devient manufacture royale (1665).
- Turgot, intendant du Limousin (1761-1774), aménage les routes et développe l'industrie et l'agriculture.

De la Révolution à nos jours :
1789 : la Révolution n'a que peu d'échos dans la région.
1790 : le département est créé.
Au XIXème siècle, la Creuse se modernise mais, malgré cela, souffre, comme beaucoup de départements, de l'exode rural, accentué par le mouvement des maçons creusois, qui donneront à Paris ses plus belles façades.
De nombreux creusois participent à l'épopée napoléonienne.
L'ancrage à gauche du Limousin date de la Monarchie de Juillet, avec la formation d'un groupe socialiste par Pierre Leroux (ami de George Sand) à Boussac.
Lors de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, la Creuse s'affirme comme une terre d'accueil et ses habitants s'illustreront au combat et pendant la Résistance.
1950 : création de la Région Limousin.

Quelques Creusois célèbres :
. Martin Nadaud (Soubrebost, 1815-1898). Ouvrier maçon devenu député, auteur des "Mémoires de Léonard".
. Marcel Jouhandeau (Guéret, 1888-1979). Conteur, essayiste et moraliste.
. Eugène Jamot (Saint-Sulpice-les-Champs, 1879-1937). Médecin en Afrique, il enraye la maladie du sommeil.
. Robert Judet (Lavaufranche, 1909-1980). Chirurgien, fondateur de l'hôpital de Garches.

La Creuse aujourd'hui et demain :
Afin d'entrer dans la modernité, sans sacrifier son identité et ses richesses naturelles, la Creuse a su préserver le monde rural, valoriser ses sites et paysages, améliorer ses infrastructures, pour répondre aux attentes de touristes français et étrangers, à la recherche d'espace et d'authenticité, mais aussi d'un accueil et de services de qualité.
Cette politique d'ouverture est l'un des charmes et des paradoxes de ce département qui, sans nostalgie, sait préserver les atouts d'hier pour les voyageurs d'aujourd'hui.

Source : Anne Jeannot avec tous nos remerciements.